Enfer et Damnation


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mar 11 Nov - 20:10

VOTRE PERSONNAGE:



NOM :
Non, non, non ne jouez pas celui qui me connaît mieux qu'il ne le devrait. Je suis aux yeux du monde Sephora et Sephora je resterais. Mon nom de famille presque personne ici ne le connais, il n'est pas de ceux que l'on prononce sans crainte. Ni l'un de ceux qui ne disent rien à personne. Non, mon patronyme est bien plus connu que vous ne le pensez. Il est comme la pierre que l'on jette dans une marre calme, les remous provoqués ne sont pas maîtrisable. Mon nom est Llewellyn, mais tu n'es pas censé le connaître étranger.

PRENOM(s) :
Sont prénom signifie l'oiselle, c'était ça mère qui l'avait choisit en apprenant qu'elle attendait une fille. Comment se douter alors que le petit être paisible qui grandissait dans son ventre ne deviendrait pas aussi douce et gentille que ne l'était la femme qui la portait. Sephora fut donc sont premier prénom.
Le deuxième signifie fleur éternelle et c'est sont père qui a décidé de lui donner, "une fleur parmi les fleurs" disait-il, "elle sera la plus belle de toute", un père heureux de le devenir et un brun prétentieux, c'est ce qui lui valu son second prénom Allyana.
Mais comme si ça ne suffisait pas, et pour lui compliquer encore la tâche lorsqu'elle devrait se présenter, et écrire ses prénoms, un troisième vint s'ajouter à cette liste. C'est certainement le prénom qui correspond le plus à sa personnalité, un prénom latin représentant force et assurance, Enora... (Il faut croire que ses parents aimaient les terminaisons en A^^)

SURNOM :
Lily, Tigresse, ... Tout dépend de la personne qui le prononce, et des liens tissés avec elle. Peu peuvent se permettre ce genre d'écartée, alors ne vous permettez pas ce genre de légèreté si vous ne connaissez pas la princesse! Sephora sera le surnom sous lequel vous la connaîtrez!!!

AGE :
Vous êtes bien indiscret! Ne vous a-t-on jamais dit que l'on ne doit pas poser ce genre de question à une femme! Je suis dans ma 26 ème année, vous pouvez maintenant m'expliquer en quoi ça vous avance de le savoir?

GROUPE :
Vos sens de déduction laissent apparemment à désirer! Cette question est totalement ridicule, vous pensez vraiment que je ressemble à un démon ou un sorcier! Si c'était le cas j'aurais déjà utilisé mes pouvoirs pour vous châtier de votre curiosité. Alors soyez heureux, c'est une humaine que vous avez face à vous!

POUVOIRS:
La beauté, la force de caractère, la ténacité et j'en passe. Ha! Ce n'est pas ce que vous attendiez! Alors pourquoi posez une question dont vous connaissez déjà la réponse! Je n'ai PAS de pouvoir je suis humaine, dois-je vous le rappeler?

FAIBLESSES:
Hahahahahahahahaha! Sérieusement vous vous attendez vraiment à ce que je formule une réponse!
Non?! Et bien tant mieux car je n'en ais aucune! Et même si c'était le cas, ne comptez pas sur moi pour vous les dire, ni même vous laisser les découvrir!

SITUATION FAMILIALE :
Encore une fois vous êtes bien curieux! Comment osez-vous me poser une telle question étranger? N'avez-vous donc pas encore comprit qui je suis?
Je suis le bras droit de Llewellyn! Comment ça, ça ne vous suffit pas!
Très bien vous l'aurez voulu! Je suis la fille de Llewellyn, mais si vous répétez cela à qui que ce soit la mort vous paraîtra bien douce comparée à ce que je vous aurais réservé. Qu’elles-sont mes rapports avec mon père ? Décidemment vous commencez sérieusement à m’agacer ! Bon je dirais, que j’ai foi en son projet et que je l’aime profondément. Mais je sais également qu’il n’hésiterait pas à sacrifier ses enfants pour sa cause… Nos liens sont particuliers comme vous pouvez le constater aussi ne m’attarderais-je pas sur le sujet.
Ma mère? Ma mère est morte en me mettant au monde! Mieux vaut pour vous ne pas m'en parler!
Côté coeur! Hahahahahaha... Et bien je dirais que mes amants ne s'en plaignent pas! Je n'ai pas pour habitude de me laisser aller aux sentiments! Je préfère et de loin éviter les complications et profiter... des plaisirs de la vie!
Comment ça mon fiancé ? Ho vous voulez parler d’Hadrian ? Oui c’est vrai, j’avais oublié l’existence de cette rumeur. Et bien sachez qu’il n’est pas mon fiancé. Et oui étranger, voilà ce qu’il arrive à écouter trop de racontars ! Des liens tendres et profonds nous unissent s’est vrai. Mais ce qui nous lie étranger c’est le sang. Hadrian est mon frère, ma lumière dans ce monde d’obscurité. Mais rappelez-vous étranger, si jamais vous laissez échapper ne serait-ce qu’un traite mot de ce que vous venez d’entendre (lire en l’occurrence) je n’hésiterai pas à vous faire regretter le jour de votre naissance !!!


ASPECT PHYSIQUE :



[center]Comment décrire un ange déchu? Une beauté aussi sauvage que l'est Sephora. Rien que ses yeux à la couleur si envoutante, un mélange de jade et de topaze maronnée sont d'une teinte si indescriptible qu'il est impossible de réellement vous en parler. Comment vous exprimer l’intensité de son regard de glace si vous ne l’avez pas encore croisé ? Ses yeux qu’elle a appris à ne pas laisser parler. Ces deux puits sans fonds qui savent pourtant si bien se réchauffer et s’exprimer dans les bras de ses amants, qui savent pourtant dans certaines circonstances dirent beaucoup plus de chose, que ne serait capable de formuler sa douce voix. Et ses longs cils qui relèvent ses yeux légèrement en amande et qui viennent caresser la peau de son amant lorsqu’elle embrasse son corps voluptueusement.
Cette bouche pleine et subtile à la fois, qui semble appeler les baisers et qui paraît si parfaite pour les donner.
L'ovale de son visage et sa peau couleur de pêche ne peuvent que mettre en valeur sa magnifique crinière couleur chocolat. Ses longs cheveux qui tombent en cascade le long de son dos en des boucles souples et naturels, et qui s’accompagne parfois de légères anglaises qui viennent donner du volume à toute cette masse au touché si soyeux.
Une légère bourrasque de vent vient chasser une mèche sombre de ses épaules, caressant ses frêles épaules et faisant légèrement frissonner sa peau. Sa main remonte lentement pour faire passer une mèche derrière son oreille. Son regard ne s’en détournant pas pour autant de son interlocuteur. C'est une main aux doigts longs, fins et soignés, pas besoin de la toucher pour imaginer sa douceur. Ses gestes sont lents et gracieux, il s’agit plus d’une danse que d’une véritable gestuelle. D’ailleurs la musculature de ses bras semble bien légère, mais ne vous y fiez pas, la force ne fait pas tout, et elle en a largement conscience. Elle préfère amplement user de son intelligence que de sa force brute.
En retombant le long de son corps, sa main et le geste fourni mirent en valeur le décolleté de sa tenue. Des seins ronds et fermes apparurent alors au regard appréciateur de cette relation d’affaire.
Soudain une contrariété ferme son visage, ses iris semblent se rétrécir, difficile de lire dans un regard de glace, ses mains remontent et se posent sur ses hanches, mettant ainsi en valeur sa silhouette si divinement dessinée. Ses jambes s’écartent légèrement comme si elles recherchaient un quelconque équilibre. Le bruit des talons aiguilles tapent légèrement sur le sol, faisant ainsi s’abaisser vers eux le regard de son interlocuteur. Ces prunelles remontèrent lentement le long de ses longues jambes. Commençant doucement par ses fines chevilles, remontant un peu plus haut sur ses mollets si bien dessiner. Finalement son regard reprend son exploration au-dessus des genoux, pour se poser sur ses cuisses musclés, des cuisses fines et puissantes. L'interlocuteur à la même conclusion que vous étranger, ses longues jambes sont faites pour aimer et être aimer. Pour enserrer les hanches de son amant tandis que ses longues mains se chargeront de parcourir voluptueusement le corps de celui-ci.
Cette créature envoutante à conscience des atouts de sa physionomie, de ses formes voluptueuse faites pour donner et recevoir le plaisir. La déesse est une beauté, mais une beauté qui s’entretient, une beauté qui se surveille et qui aime se mettre en valeur pour plaire au public qu’elle se choisit. Rare son les tenus qu’elle porte qui ne sont pas susceptible de mettre une quelconque partie de son anatomie en valeur. Elle a prit l’habitude de les choisir avec soin, ne prenant que des tissus riches et soyeux qui ne risquerait pas d’abimer cette peau si soigneusement soignée. Cette peau qui pourtant porte les traces d’un passé parfois douloureux.
Et que dire de sa fragrance, pas besoin de parfum avec la belle. Ce genre d’artifice elle le réserve uniquement pour les grands évènements. Au fil du temps, elle a prit conscience que l’odeur brute de la peau est bien plus envoutante que l’ensemble de ses effluves chimiques qui rendent les femmes si superficielles. Pas besoin non plus d’un maquillage trop présent, juste une touche calculée de couleur pour rehausser son teint, la couleur de ses yeux ou mettre en valeur sa bouche.

Oui elle aime plaire, et profiter des privilèges que la vie lui a donné. Pourquoi la nature lui aurait-elle donné un tel corps si ce n’était pour en profiter ?
Mais pour l’instant le regard de son interlocuteur devint oppressant, le grand patron attendait d’elle qu’elle remplisse ses engagements, il était donc temps de commencer la confrontation…


ASPECT PSYCHOLOGIQUE :



Que le jeu commence ? C’est exactement la façon dont Sephora considère les… relations d’affaires de son père. Celles dont elle doit se charger, celles qu’elle doit convaincre. Un jeu du chat et de la sourie, où le chat n’était pas forcément celui qu’on croit ! Sa réputation commence à peine à s’étendre, c’est normale puisqu’elle ne fait ce travail que depuis 2 ans. Mais pour ceux qui ont eu affaire à elle, il suffit de prononcer son prénom pour qu’ils réagissent tous de la même façon. Déglutir !
Sephora n’est pas exactement le type de personne devant qui l’on recule au premier abord. Mais toute la panoplie de beauté qu’elle développe pour attirer ses proies n’a qu’un seul but. Détourner l’attention ? Ne vous fiez pas à ce qu’elle porte, elle pourra se montrer sensuelle, stricte, classe, décontracté selon l’adversaire qu’elle va avoir à affronter. Car oui, pour elle tout est histoire de compétition. Lorsqu’elle rencontre un contact c’est soit lui qui gagne, soit elle il n’y a pas d’autres solutions. Mais sachez qu’elle n’aime pas perdre.
Des artifices pour obtenir ses fins ? Oui et alors, rare sont les limites qu’elles se posent pour obtenir ce qu’elle veut. Le sexe, l’argent, les contacts, la drogue, tous ça n’est que détail pour elle. Une seule chose peu la faire reculer, une seule… la mort. Donné la mort ou être responsable de la mort d’un innocent. D’un humain… Mais fallait-il vraiment le préciser ? Pourtant même si cette idée seule lui fait horreur, même si elle prendra le temps de peser le pour et le contre, il est fort probable qu’elle ne reculera pas. D’ailleurs il lui est arrivé une fois et une seule d’avoir à le faire, une fois elle a donné la mort ; et ce visage hante encore chacun de ses cauchemars (voir histoire). Alors non elle n’a pas, ou presque pas de limites lorsqu’il s’agit d’obtenir ce qu’elle veut.
Pourquoi ça ? Parce qu’elle est prête à tout sacrifier pour le projet de son père. Parce qu’elle croit profondément à la cause qu’elle défend. Parce qu’une haine farouche l’anime à propos de ses sorciers et démons sans respects envers ceux à qui ils doivent la vie. Elle hait leur façon de considérer les humains. De les utiliser pour obtenir ce qu’ils veulent avant de les jeter tels des mouchoirs usagés.


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Sait-elle pour autant ressentir des sentiments ? Sans aucun doute, seulement à part la douleur, la haine et la peur vous ne vous en rendrez pas compte. Elle n’est pas de celle qui pleure en public, elle n’est pas de celle qui parle de compassion quand bien même elle l’a ressentirait. Elle n’ait pas de celle qui avoue son amour, et d’ailleurs, elle passe bien peu trop de temps avec ses amants pour avoir le temps de s’attacher.
Elle peut paraître froide et distante, pour certain, passionnée et dangereuse pour d’autre ! Difficile de lui coller une étiquette, elle est le feu et la glace combiné, la passion et la froideur incarnée.
Ne vous attendez pas à être remercié, ne vous attendez pas à être aimé. Ne vous attendez pas à avoir une quelconque importance pour elle. Elle a apprit à blinder son cœur. A ne laisser personne l’approcher suffisamment pour la blesser. Elle est seule ? Oui et alors ! Ne dit-on pas qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné ?


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

N’y a-t-il rien de bon en elle ? Si bien sûr, car vous n’imaginez même pas à quel point elle se hait. Plus encore qu’elle ne hait démons et sorciers. Pour chaque blessure qu’elle inflige, elle s’en inflige davantage. Pour chaque douleur qu’elle cause, sont cœur se met à saigner. Pour chaque amant qu’elle à laisser, elle a un regret. Pour chaque cœur brisé, elle se sent incapable d’aimer et se refuse le droit de l’être. Et pour chaque jour de solitude et de douleur, une larme est versée.
Non étranger, tu as bel et bien affaire à la même femme, seulement dans le refuse de sa chambre, une toute autre personne apparaît. Peut-être que cela explique que jamais un homme ni a eu sa place…
Et oui étranger cette femme est bien plus humaine que vous ne pourriez le penser. Mais dans le monde où elle évolue, et de part les fréquentations qu’elle se doit d’avoir, de part les sorciers et les démons qu’elle côtoie, elle ne peut se permettre de baisser sa garder, et de leur montrer qui elle est vraiment.
D’ailleurs seul deux âmes ont le pouvoir de l’influencer, et peuvent se vanter de la connaître. Son père, cet homme si ambigüe qui n’hésiterait pas à sacrifier ses enfants pour la cause qu’il défend et qui le lui a fait comprendre de la pire des façons (voir histoire). Et son frère, celui qui aux yeux de tous est son fiancé (voir histoire). Son rayon de soleil, elle ferait n’importe quoi pour lui. Il est le seul à pouvoir la prendre dans ses bras, le seul à connaître l’étendue de sa peine, et des sacrifices qu’elle opère pour sa famille. Il est son ange gardien, son confident et son meilleur ami. Il est lui, Hadrian, tout simplement…


Dernière édition par Sephora Llewellyn le Mer 19 Nov - 22:17, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mer 12 Nov - 23:56

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Femme mystérieuse et libérée voilà ce que vous retiendrez d’elle.
Mais tigresse dans l’âme elle est, et tigresse dans l’âme elle restera. Elle ne laissera personne toucher à sa famille et lorsqu’elle a une proie, il ne lui suffit pas de l’effrayer non, il lui faut l’anéantie…

*Qualités :
La ténacité, l'humanité, l'intelligence, sa capacité à aimer, le courage, la fidélité et la droiture...

*Défauts :
Manipulatrice, excessive, fragile, agressive, butée, inconsciente parfois, cruelle lorsque les circonstances l'obligent...

HISTOIRE :



Différents cris retentirent aux quatre coins de la pièce. Des cris de peines, des cris d’incompréhension, des cris de d’agonie et les cries d’une petite vie qui venait d’apparaître. Ce dernier son, c’est de Sephora qu’il émanait. Le cri d’une enfant qui pour la première fois ouvre les yeux sur l’univers qui sera désormais le sien. Les yeux d’une petite fille complètement perdue et à qui pourtant on ne porte pas vraiment d’attention. Des sanglots, des gens qui s’agitent dans la précipitation, un homme qui supplie une femme ensanglanté de tenir bon, de ne pas l’abandonner. Et un petit garçon que l’on sort de la pièce et qui ne semble pas vraiment saisir ce qui était entrain de se passer. Le bruit du moniteur qui semble bien incertain et qui soudain émet un son strident. Le bruit d’une vie qui s’éteint au profit d’une autre. Et soudain tout s’arrête, plus un son, plus un mouvement. Seulement un tas de visage qui ne savent pas où poser le regard. Sur l’homme en deuil suppliant pour qu’on lui rende l’être aimé ? Où sur cette petite fille qui a cessé de pleurer comme si elle avait saisie la gravité de la situation ?

Les semaines, les mois et les années passèrent. Malgré le vide laisser par sa mère Sephora grandit aussi paisiblement que possible. Son frère se montrait présent et bienveillant envers elle. Et son père, et bien que dire de lui ? Peu présent, exigent, mais aimant. Cet homme qui avait acquis au fil du temps son respect et son admiration. Cet homme qui semblait se relever des épreuves de la vie plus fort encore. Mais plus encore que de son frère, son père exigeait beaucoup d’elle. Une perfection qu’elle ne pouvait hélas pas lui donner. De la même façon qu’elle ne pouvait pas lui rendre l’être qu’elle lui avait volé. Rare furent les fois où il lui reprocha sa naissance. Mais intensément encrées dans son cœur en demeuraient les traces. Jamais elle ne parla de sa peine ni du ressentit de son père à son égard. Pas même à son frère…

En grandissant, pourtant elle ne perdit pas l’espoir d’être un jour pardonnée par Cecil. Bien sûr qu’il l’aimait, à sa manière, elle n’en doutait pas. Mais à travers elle, il voyait celle qui de part sa naissance avait brisée toutes les chances de sa tendre épouse de se remettre de ses blessures. Car oui, les médecins lui avaient demandé de faire un choix, ils lui avaient annoncé qu’ils y avaient trop peu d’espoir pour que l’une et l’autre ne s’en sortent indemnes. Et ce choix, ce n’était pas lui qui l’avait fait, mais sa femme dans l’une de ses dernières paroles.

Ce sacrifice, elle ne l’a jamais vraiment pardonné à sa mère. Bien sûr son geste était généreux. Seulement, elle, elle avait grandit sans cette présence rassurante, sans cet amour inconditionnel que seule une mère peut donner. Evidemment cette femme ne se doutait pas de la vie où elle avait abandonné sa fille. Une vie où l’argent n’était certes pas le problème mais où les sentiments n’avaient que très peu leur place. Un monde où seul la présence et l’amour de son frère la maintenait… vivante… Jamais elle ne se sentit vraiment à sa place dans cette famille. Intruse dans sa propre maison, paria aux yeux de son père elle aurait tellement voulu pouvoir tout reprendre de zéro. Recevoir le sourire qui fleurissait parfois sur le visage de son père, lorsque Cecil était fier de son fils…

Mais cette jalousie qu’elle aurait du ressentir envers ce frère qui lui volait l’attention de son père, elle ne l’avait pas ressentit longtemps. Car ce que son père lui donnait, il le lui retournait. L’amour que ce dernier ne pouvait vraiment avoir pour sa fille, c’était Hadrian qui le lui apportait. Petite lorsqu’elle se réveillait en pleurs dans sa chambre, lorsqu’elle faisait des cauchemars c’était lui qui venait la réconforter, et qui restait dans le noir auprès d’elle pour lui raconter des histoires en attendant qu’elle se rendorme. Comment être jalouse d’un être aussi aimant, d’un être d’une telle générosité. D’un être qui, comme son père, aurait eu tant de raisons de lui en vouloir. Elle prit donc l’habitude de rester dans l’ombre, faisant ce qu’elle pouvait pour remonter dans l’estime de ce père si exigeant...

Bientôt la petite fille se transforma en une magnifique adolescente. Petit à petit ses formes attirèrent l’attention de la gente masculine et très vite elle apprit qu’elle pourrait trouver un semblant d’amour dans leur bras. Que l’attention qu’on ne lui donnait pas, le sentiment de se sentir vivante et importante, elle pouvait l’obtenir par de divines caresses et de doux baisers. Dans cette étreinte éphémère elle puisait avec détermination tout ce qu’elle pouvait y prendre. Mais lorsqu’une fois l’acte assouvie, la nature reprenait ses droits et que chaque chose reprenait sa place, alors elle partait. Elle fuyait plus qu’elle ne s’esquivait, loin de cet être qui ne pourrait jamais comprendre, cet être qui avait obtenu ce qu’il voulait mais dont elle savait que la réciproque n’était pas vraie. Qu’il ne pourrait pas lui donner l’amour de son père, ni même le combler. De ces êtres qui auraient pu remplir ce vide, elle ne voulait rien savoir, ne voulait pas tenter quoique ce soit. Ne voulait pas décevoir encore une fois…

Depuis longtemps déjà elle avait apprit à ne révéler que ce qu’elle voulait, cachant derrière des yeux de glaces, la peine et les blessures qu’on pouvait lui causer. Ne laissant exprimer que ce que la bienséance lui permettait. Des insultes, des rumeurs qui parcouraient les établissements scolaires qu’elle fréquenta, elle ne fit cas. Qu’on dise ce que l’on voulait d’elle, leur opinion n’avait pas d’importance. Ils n’étaient que des individus sans visages pour elle. Et si elle pouvait égayer -- ne serait-ce qu’un court instant -- leur vie en leur permettant de la médire, de la rendre responsable de leurs échecs sentimentaux, ou même de la prendre comme modèle à ne pas suivre, grand bien leur fasse. Elle s’en moquait, seule l’opinion de son père et celle de son frère avait de l’importance à ses yeux.

Mais un soir, alors qu’elle n’avait pas plus de 19 ans. Une révélation bouleversa sa vie et ses croyances. Evidemment elle avait entendue parler des sorciers et des démons. Evidemment on lui avait conseillé de ne pas les approcher. De ne surtout pas leur faire confiance. Et même si elle n’en avait certainement jamais croisé, jusqu’à ce moment-là, elle avait prit le partie de respecter cette crainte même si elle ne l’a comprenait pas. Des propos de son père sur le sujet, elle ne garde que de vagues souvenirs… Mais ce soir-là, tout allait se précipiter, sa vie allait prendre un tournant décisif.

Un bar, quelques boissons, des sourires enjôleurs et cet « homme » n’eut aucun mal à attirer ses faveurs. Elle lui exposa ses règles du jeu, lui annonçant clairement qu’elle n’était pas du genre à jouer les amoureuses transits. Ni même à s’attacher. Mais comment aurait-elle pu se douter ? Comment aurait-elle pu imaginer ? Ce n’était pas la première fois qu’on lui disait que ça n’avait pas d’importance. Que seul l’instant présent comptait. Ce qui devait se produire, se produisit. Caresse, volupté, gémissement de plaisir, grognement… Une nuit plus que mémorable en soit, et sans conséquence à ses yeux. Mais à ses yeux seulement car l’être à qui elle venait de se donner n’était pas un humain. Et si il s’était donné à elle s’était dans un but précis. Mais elle n’imaginait pas, ne pensait pas que tout ce que l’on racontait puisse lui arriver. Pas à elle. Seulement alors que son amant se levait pour fumer une cigarette. Elle entreprit de fouiller dans son sac à la recherche d’un objet qui ne l’a quittait jamais. Un petit boitier qui contenait des comprimés indispensable à la vie qu’elle s’était choisit. Sa boite à pilule… Le démon se retourna alors regardant ce qu’elle faisait. Des explications, une réponse simple et qui aurait du le rassurer. Mais ce ne fut pas le cas, la tablette vola de ses mains, le premier coup parti. Il lui fallut une bonne poignée de seconde pour se rendre compte de qui il était vraiment et de ce qu’il avait attendu d’elle. Une poignée de seconde pour comprendre qu’elle lui avait fait perdre son temps et qu’elle ne valait plus rien à ses yeux. Pour la première fois de sa vie elle eut peur pour cette dernière. Peur de perdre le peu qu’elle avait. Tout ce précipita alors, la nécessité de fuir, la douleur d’un choc électrique qui la cloua sur le sol et la fit hurler de douleur. Un vase sur une table qu’elle lui jette au visage et qui vient se briser sur la moquette. Des mouvements mal coordonnés pour se relever. Des pas peu assurés qui la mènent jusqu’à la porte. Une main sur son épaule qui la jette sur le sol, sur ses débris de vases qui viennent s’enfoncer dans sa chaire. Sa vue qui se brouille et soudain… le noir.

De la fin de ce combat, elle n’avait aucun souvenir. Seule la clarté trop lumineuse d’une chambre d’hôpital lui revient en mémoire. Son frère endormi à son côté. Le bruit d’une discussion non loin dans le couloir. Sa main qui se met en mouvement pour caresser les cheveux de l’être aimé qui se réveille en sursaut se demandant si il ne rêve pas. Un appel et son père qui arrive le regard inquiet. Elle n’est pas sûre de saisir ce qu’il se passe. Hadrian est prié de sortir. Et soudain, les reproches de son père, sur son inconscience, sa stupidité et les larmes… Les larmes de cet être de qui elle pensait être détestée. Et finalement, une explication sur ce qu’il s’est passé avant sa naissance. Sur l’agression subi par sa mère, démons ou sorciers peu importait ils lui avaient volé la femme qu’il aimait. Nul doute à avoir là-dessus son corps possédait des marques significatives qu’aucun humain n’aurait pu donner.

C’était donc à cause de ses êtres, de ses démons et de ses sorciers qu’elle avait non seulement perdue sa mère, mais également l’amour de son père. C’était eux qui lui avaient volé sa vie et volée celle de tant d’autres personnes. Une grande partie de la haine qu’elle se portait à elle-même se reporta donc sur ses êtres qui n’auraient jamais dû être. Ses êtres dont elle se savait incapable de se venger et dont pourtant, elle aurait tant aimé pouvoir le faire.

Jamais elle n’oublierait ce qu’ils avaient fais subir à sa famille. Les deux cicatrices qu’elle gardait de sa mésaventure -- l’une de plusieurs centimètres entre l’aine et la hanche droite, et l’autre plus fine et plus discrète sur le poigné gauche -- seraient des talismans qui lui permettraient de ne jamais laisser s’effilocher sa volonté de toujours se rappeler les raisons de cette haine profonde.

Les mois s’écoulèrent et peu à peu le chao de la guerre se rapprochait dangereusement. Les hommes qui avaient suivis une courbe exponentielle de croissance se disputaient le monde. Mais pas seulement, le peuple humain se divisait de plus en plus clairement en deux camps, ceux contre les démons et les sorciers et ceux qui pensaient – et pensent toujours -- qu’une alliance avec l’une des deux races pourrait rétablir un certain équilibre et ramener un semblant de paix.

Personnellement, Sephora aurait choisis la première de ses deux catégories. Mais c’était sans compter son père et son frère. Hadrian n’avait pas conscience de ce qui avait réellement couté la vie de leur mère -- elle-même ne l’ayant appris que très récemment --, il avait donc du assimiler sa haine soudaine des deux races à son « accident ». Et dans un sens, elle préférait qu’il en soit ainsi. Elle ne voulait pas le voir souffrir…

Mais pour revenir à notre histoire, si elle aurait aimé voir disparaître les deux clans, il n’en était pas de même pour son père. D’autres projets avaient muris dans l’esprit de ce dernier ; et il n’allait pas tarder à trouver le moyen de les mettre en place en la personne de Johnson. Sephora ne savait trop ce qu’il s’était passé, et les mots qui avaient été échangé entre eux, toujours est-il qu’en ressortant de leurs rencontres, le projet du tournoi était lancé.

Très vite elle du faire un choix, suivre ses propres convictions, perdre sa famille et décevoir une nouvelle fois son père. Ou bien suivre ce dernier, enfermer sa rage au plus profond d’elle-même et sauvegarder le semblant de famille qui était la sienne. Elle ne mit pas longtemps à prendre sa décision. Les deux hommes de sa vie étaient bien trop importants pour elle pour qu’elle les laisse en arrière. Peu importait ce qu’elle était, serait et ferait. Elle agirait au mieux pour ceux qu’elle aimait.

L’engrenage se mit rapidement en route. Le lieu du tournoi fixé, les puissances des deux clans ralliées au projet. Les travaux de constructions commencés. Mais outre cela, il fallait aussi s’occuper de faire circuler l’information afin d’attirer le plus de démons et sorciers possible. Fatiguée de rester en retrait, de se sentir inutile et de ronger son frein. Sephora proposa son aide à son père. Au départ juste quelques petites missions sans envergures lui furent confiées.

Même si le choix de son père n’était pas le sien, elle se donnait corps et âmes pour son projet. Très vite les choses se compliquèrent et les missions devinrent plus importantes et par conséquent plus dangereuses. Au point qu’un jour, elle finit par demander des comptes à son père. Cherchant à connaître la finalité de tous ses travaux, de toutes ses rencontres. Cecil prit le temps de sonder sa fille, réfléchissant au bien fondée de sa demande. Cherchant à savoir si oui ou non il pouvait lui révéler tout la vérité. Un sourire qu’elle ne lui connaissait pas avait vu le jour sur ses lèvres. Un éclat particulier s’était allumé au fond de ses yeux avant qu’il ne l’a prévienne que si elle décidait de s’avancer plus avant dans cette voie, elle ne pourrait pas faire marche arrière… Un frisson l’avait parcouru, sans qu’elle n’en saisisse vraiment la raison.


Dernière édition par Sephora Llewellyn le Mar 25 Nov - 16:19, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Jeu 20 Nov - 2:27

Pourtant, elle n’avait hésité qu’une fraction de seconde avant d’accepter sa proposition. Sa vie avait pris à cet instant un autre tournant, mais elle n’en avait pas conscience, pas encore… Elle avait appris ce qu’elle devait savoir, les objectifs, les nécessités de ce combat. Mais elle ne s’attendait pas à ce que son père lui demande une preuve de sa bonne volonté et de sa totale dévotion au projet. Complètement prise au dépourvu et bien loin d’imaginer ce qu’il allait lui demander, elle avait accepté…

Le cœur au bord des lèvres, elle s’était avancé droit vers le test en question, ne cessant de s’interroger : serait-elle capable d’aller jusqu’au bout ? Serait-elle capable de satisfaire ce père ou encore une fois, devrait-elle le décevoir ? Sephora avait posé le regard sur le Beretta qu’on lui avait confié et s’était avancée vers la cible qu’elle devait… éliminer.

Cet homme était le bras droit de son père, mais des doutes avaient gagnés Cecil et il ne voulait pas mettre en danger son projet. Cet homme l’avait bien servi mais il fallait faire taire les bruits. Et qui mieux que son nouveau bras droit pourrait le faire ? Elle savait qu’en agissant ainsi elle gagnerait le respect autour d’elle, qu’elle pourrait peut-être même gagner celui de son père. Mais elle se doutait aussi que si elle ne le faisait pas, jamais plus il ne lèverait les yeux sur elle, et que quelqu’un d’autre prendrait sa place, volant au passage la vie de celui qui allait devenir sa victime. Une vie contre des milliers avait-elle vraiment le droit de réfléchir ? Peu à peu sa résolution avait grandis jusqu’à devenir détermination. Mais en arrivant devant cet homme, en voyant son regard effrayé, en entendant ses supplications, ses résolutions avaient faiblis. Sa main s’était mise à trembler. Son visage s’était figé dans la douleur. L’homme l’avait supplié de ne pas le tuer, de ne pas faire ça à sa femme et son enfant. La douleur l’avait transpercé de part en part à la pensée de cet être qu’elle allait priver de père. L’aimait-il, prenait-il soin de lui, était-il à son écoute ? Le doute s’était emparé d’elle un instant, un court instant avant que l’image de son père ne s’impose une nouvelle fois à elle et qu’il apparaisse brusquement à ses côtés pour lui dire qu’elle était allée trop loin pour reculer. Que les Llewellyn ne pouvaient se permettre d’être déshonoré. Une larme avait coulé le long de sa joue alors que son doigt pressait la détente et venait voler la vie de l’homme qui, une balle dans la tête, continuait de la fixer...

Son bras était retombé le long de son corps, laissant reposer l’arme qu’elle tenait encore. Ses yeux ne parvenaient pas à se détacher du regard de sa victime et du sang dégoulinant sur son visage. La voix de son père était montée dans le silence pour lui annoncer qu’elle l’avait surprit, qu’il ne pensait pas qu’elle en serait capable ! *Voilà qui expliquait la raison de sa présence à ses côtés.* Il avait pensé devoir finir le travail à sa place et avait décidé de le faire lui-même. Pour la première fois de son existence, elle comprit combien elle était un pion pour son père. Elle comprit qu’il n’hésiterait pas à sacrifier sa famille si cela était nécessaire. Elle avait ouvert pour la première fois les yeux sur la véritable personnalité de son père. Elle s’était donc leurrée à ce point ? Elle avait fait tout cela pour lui, pour voir une once d’amour et de fierté dans son regard, et tout ça pour rien ?!

Un dégoût sans fond s’était emparé d’elle : *comme elle avait été stupide, comme elle se sentait sale et comme elle regrettait d’avoir du en arriver là pour se rendre compte qu’elle n’était rien à ses yeux. Comme elle regrettait son geste à présent*. Le regard froid qu’elle garderait dorénavant avait gagné son visage, elle s’était retourné, avait posé son arme sur une table et avait continué son chemin. Elle ne s’était pas senti la force d’en apprendre davantage, pas ce jour-là. Elle avait eu besoin de réfléchir…

Trois jours durant elle s’était isolée, se repliant sur elle-même. Elle avait eu des décisions à prendre… Nul ne savait encore qui elle était, elle n’avait assisté à aucune réunion, débats et autres, et les rencontres qu’elle avait faite l’a connaissaient – et la connaissent encore aujourd’hui -- sous le nom de Sephora. Si le désir de tout quitter et s’éloigner l’avait gagné c’est finalement pour son frère qu’elle décida de rester. Il ne savait rien de toute cette histoire, ne savait rien à propos de leur mère et de la véritable personnalité de leur père. Elle n’avait pas pu le laisser se débrouiller seul dans la fosse aux lions. Elle avait donc décidé de servir son père et sa cause avec autant de dévotion qu’elle en serait capable, mais elle s’était refusé de faire courir un quelconque risque à son frère… En conséquence, elle avait abandonné son nom, décidé de n’apparaître que comme Sephora afin que les erreurs qu’elle pourrait commettre, ne retombent que sur elle…

Le bruit n’avait pas tardé à circuler qu’elle avait tué le bras droit de Llewellyn pour prendre sa place, et peu à peu les regards s’étaient teintés de craintes à son égard. Plus tard, d’autres rumeurs étaient apparues à propos d’Hadrian et elle. Car la froide lueur de ses yeux ne semblait s’apaiser qu’en la présence de ce dernier. La tendresse de leurs regard ne faisait aucun doute autour d’eux ; pour tous, de tendres liens les liaient l’un à l’autre. On avait finis par leur prêter une relation qui bientôt s’était transformé en fiançailles dans les bruits de couloirs... Fiancé certes, mais couple libre, nul n’ignorait que l’un comme l’autre partageaient de tendres moments dans les bras d’autres individus.

*Mais pourquoi auraient-ils dénoncé ces pseudos sentiments ? Pourquoi prendre le risque de devoir avouer un lien de sang plutôt que laisser circuler cette rumeur qui permettait de renforcer leurs secrets, et de les protéger de relations dérangeantes… Non, décidemment cette situation avait ses avantages pour l’un comme pour l’autre…*

Voilà maintenant deux ans, qu’elle est devenue le bras droit de son père, agissant de son mieux pour protéger les intérêts de son frère. Bientôt, le tournoi ouvrira ses portes, et bientôt de nouvelles difficultés se présenteront à elle…




POST :

Monté à cheval et sentir le vent courir dans ses cheveux, tandis que ses hanches bougeaient en accord avec sa monture, comme si ensemble ils ne faisaient qu’un. Ses jambes étaient fixes, sont dos bien droit, son regard porté au loin. Sephora était une cavalière accomplit. Elle aimait galoper dans la nature. Chasser toutes préoccupations de son esprit. Elle se sentait libre, elle se sentait vivre. Pas de faux semblant, juste les balancements du galop, le vent qui soulève et emmêle doucement ses cheveux, qui colore ses joues et qui fait rouler des larmes le long de ses joues.

Elle aimait galoper le soir dans le désert, alors que seules les étoiles pouvaient être témoin de ses émotions, que la fraîcheur ambiante lui donnait la chaire de poule. Elle aimait chevaucher un animal qui galopait avec autant de fougue qu’elle ne voulait s’enfuir. Qu’elle voulait oublier un instant la personne qu’elle était.
Combien de temps avaient-ils galopé, sa monture et elle ? Elle n’en avait aucune idée. Mais perdue au milieu du sable, elle arrêta soudain la jument. Lentement elle se laissa glisser au sol, et s’assit les rennes dans les mains. Elle savait que l’animal n’irait pas loin, qu’il avait été dressé ainsi, mais la confiance n’était pas son fort, même pour de si petits détails.

Finalement elle laissa basculer son corps dans le sable, le laissant épouser chacune des courbes de son corps. Il avait gardé la chaleur de la journée, il était tiède sous son dos, c’était tellement agréable. Elle aurait presque pu s’endormir. Mais elle savait que la douceur ne durerait pas. Que bientôt la fraîcheur de la nuit viendrait lui voler se confort. Elle n’était pas suffisamment couverte pour une nuit à l’extérieur, elle ne s’attarderait donc pas.

Son regard se porta alors sur la voute céleste. Combien de fois avait-elle contemplée les étoiles en se demandant ce que pouvait receler l’univers. D’autres êtres se posaient-ils la même question ? S’interrogeaient-ils sur leur unicité au sein de l’univers ? Elle en était venue à la conclusion que s’était probablement le cas, car pourquoi ce qui avait donné vie à la Terre ne l’aurait-elle pas fait dans d’autres galaxies, pour d’autres planètes. Et ses individus, là-haut, avaient-ils la même existence qu’elle aujourd’hui ? Se trouvaient-ils prisonnier d’une vie qu’ils n’avaient pas choisit, d’une façade qu’il fallait maintenir quoiqu’il arrive ? Prisonniers d’un espoir qui semblait pourtant si futile et si inaccessible parfois ? Mais c’était une faculté des humains n’est-ce-pas ! Cette capacité à espérer même dans les plus sombres moments. Cela semblait si facile lorsqu’on regardait les démons et les sorciers évoluer. La vie semblait tellement plus simple lorsqu’elle n’impliquait pas de sentiment, pas d’émotions. Si elle ne les avait pas autant détestés, elle aurait pu les envier.

Un souffle sur son visage chassa ses pensées. Elle releva les yeux sur les naseaux de l’animal qui avait du s’inquiété de son inactivité. Elle n’avait du rester que quelques minutes allongée ainsi mais déjà la température diminuait. Elle n’avait aucune inquiétude pour retrouver son chemin dans la nuit. La jument retournerait sans aucun souci auprès des siens, il lui suffisait seulement de se laisser porter, de se laisser aller. Lentement elle se remit debout, secoua ses vêtements recouverts de sable et remonta en selle. Après quelques mètres de pas, elle lança directement la pouliche au galop, les rennes à peine tendue sur l’encolure de sa monture, elle se laissa guider. L’espace de quelques instants, elle ferma les paupières, se concentrant seulement sur les mouvements de sa monture. Savourant la simplicité du moment. Elle ouvrit finalement les yeux, pour se reconcentrer sur la façade qu’elle devrait avoir une fois arrivée, sur celle qu’elle devrait présenter à la face du monde. Et lentement, foulée après foulée, elle vit les lumières de la ville se rapprocher.




VOUS :

PRENOM :
J'ai le prénom d'une princesse, et c'est d'ailleurs ce qui me vaut ce prénom! Cherchez étranger ça vous occupera!

AGE :
Majeure et vaccinée merci de vous en inquiéter. Je dirais que je suis plus âgé que vous sur certains point et moins sur d'autres...
Quoi? Bon ok j'ai 22 ans.

PAYS OU JE VIS :
France, Etats-Unis, Canada, tout dépend de mes rêves mais la Marseillaise est mon hymne nationale lorsque je suis éveillée!

CODE D’INSRIPTION :
Hahahaha... Comment ça vous êtes sérieux! Espèce de babouin faut-il que je te rappel à qui tu parles!
Le mot de passe c'est moi qui l'ais instauré!!!

AVATAR :
Bienvenue à "Question pour un champion"!
Je suis Pearl Harbor, je suis Underworld, je suis Van Helsing et Aviator! Je suis... Je suis....
Ouiiiiiii Kate Beckinsale.
*applause*

PRESENCE SUR LE FORUM :
Seul l'avenir le dira! Non mais vous pensez vraiment je le lis dans l'avenir, moi?!
Je ne suis ni un démon, ni un sorcier dois-je vous le rappeler?
Enfin bref, quotidiennement dans la mesure du possible!

VOTRE SENTIMENT SUR CE FORUM :
Mais regardez nous bande d'idiot, que pensez que 4 perfections tel que nous peuvent faire? La perfection ne peut engendrer que la perfection, alors ouvrez les yeux sur notre bébé et vous comprendrez par vous-même. Il est parfait...

COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM :
Dites-moi que vous êtes un démon ou un sorcier pour poser une question aussi stupide! Ne savez-vous pas lire? Bon! Vous voyez la petite photo, celle que l'on nomme avatar. Oui ça y'es je crois que vous y êtes. En dessus se trouve mon nom. Je ne vous demande pas de lire, ça deviendrait compliqué. Non, regardez seulement la couleur. Bien, elle n'est pas trop dure à reconnaître si? Maintenant je vous aide, j'ai pas l'intention d'y passer la journée! C'est la couleur des admins!
Allé, je vous le donne en mille je l'ai connus par... par... la fondatriceeeeeeee...
Oui, ça y'es je vois une petite lueur s'éclairer, c'était pas trop tôt!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sheitan
NO Brain, NO Fear


Nombre de messages : 670
Age : 32
Localisation : In an Hellish Heaven!
Date d'inscription : 10/11/2008

Who am I fighting for?
Phrase du jour: Vade Retro!
Qui aime qui?:

MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mar 25 Nov - 21:39

Vous savez pas faire des fiches courtes... -____-...

Fifiche Validée, Humaine!

_________________
Vade Retro Satanas

Démon Administrator!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://enferetdamnation.1fr1.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mar 25 Nov - 22:05

Rhhooooo merci ^^

Si ça peut te rassurer c'est la première de cette longueur que je fais lol ^^".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mer 26 Nov - 4:11

Félicitations Mistinguette cheers

Et, niveau fiche, fais attention ou bientôt tu seras encore plus pipelette que moi ^^

*si ça peut faire enrager Sheitan remarques...Razz*

Très belle fiche cela dit.
Bon jeu à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Mer 26 Nov - 13:12

Mdr Merci ma choupinette ^^

Seulement à la différence de toi j'ai eu besoin de plus d'une semaine pour faire cette fiche lol. Et je reste sur tes fiches, j'adore te lire.

Alors si un jour j'adore me lire, je t'autorise à me remettre les idées en place Wink.

Bon jeu à toi aussi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]   Aujourd'hui à 21:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Sephora Llewellyn [HUMAINE VALIDEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Lassitude de la vie humaine -Terminé-
» "La vie humaine se compose de deux parties : on tue le temps, le temps vous tue." [PV]
» La connerie humaine est sans limite !!!...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfer et Damnation :: L'accès au tournoi... :: Le puits des âmes... :: Validés-
Sauter vers: